26 nov

Bonne nouvelle : votre terrain en vente à Belz a pris de la valeur !

construction maison - vide sanitaire  # czm

L’association nationale de défense des consommateurs et usagers (CLCV) a rendu publique une étude sur le prix du foncier constructible. Si les coûts du foncier et de la construction ont tous deux augmenté, la progression du foncier a été plus marquée ces dernières années. Entre 2006 et 2013, le prix moyen d’un m² de terrain en France s’est accru de 60 %, passant de 46 euros à 73 euros. Le prix moyen du m² de bâti, c’est-à-dire le coût de construction, n’a augmenté que de 21 %. Si vous avez un terrain à vendre à Belz, bonne nouvelle, il a de grandes chances de se vendre plus cher qu’en 2006, toutefois attention, selon l’association de consommateurs, les écarts de coût du foncier entre les territoires sont importants et s’expliquent difficilement.

Des écarts de prix non justifiés pour des territoires comparables
Le prix moyen au m² est ainsi de 57 euros en Aquitaine, contre 125 euros en Languedoc-Roussillon et 215 euros en Île-de-France. Mais la CLCV va plus loin : l’association a comparé les prix des terrains pour des maisons individuelles dans l’Aquitaine et les Pays de la Loire. En Aquitaine, la part du foncier dans le coût de la maison peut varier de 10 à 50 %. « Ces écarts ne peuvent s’expliquer par la seule différence d’attractivité du territoire, souligne la CLCV. Car, pour des territoires a priori comparables, les prix du foncier et leur part dans le coût du logement sont parfois très différents. »

La CLCV fait des propositions
Il faut, selon la CLCV, améliorer le fonctionnement du marché foncier. Celui-ci se caractérise par des défauts très importants (absence de prix de référence, pas de marché organisé, incertitude sur les caractéristiques de l’achat) qui, d’une part, contribuent à la hausse du prix et, d’autre part, induisent de grandes inégalités sur des territoires comparables. La réforme de ce marché est ainsi l’axe d’amélioration le plus important et pour l’instant délaissé par les pouvoirs publics. L’association a écrit à la ministre du Logement pour lui demander que soit mis en place un baromètre local des prix du foncier constructible, sur le modèle de ce qui est réalisé par les notaires pour l’immobilier.

C.V. / Bazikpress © chris32m

 

Article précédent


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée